Texte alternatif

Revue de Presse
Pag Presse

 


 
" Pluri esthétique a souhait, le nouveau spectacle sous chapiteau de Philippe Freslon est une reprise libre et inventive de l'opéra de Leoncavallo. Tous les ingrédients de l'opéra sont réunis : de belles voix, une musique omniprésente, tantôt d'un lyrisme exacerbé, tantôt d'une folie déjantée. Mais vole dans cette interprétation, en plus, la poussière de l'élément circassien et la force du théâtre, sans oublier des moments de chorégraphie pure. "

Actualité de la Scénographie, Octobre 2012


" Pagliacci, n’a jamais si bien porté le flambeau du forain, sous la baguette aguerrie de Philippe Freslon. Dès l’extérieur du chapiteau, l’ambiance est plantée : voiture américaine, chapeau de cow boy, veste à frange : les Etats-Unis et leurs vastes étendues serviront de décor au drame vériste italien. La musique ne sera pas épargnée : accents rock, latinos et autres revisitent la partition, lui donnant des élans inattendus, mais toujours cohérents avec la mise en scène. Sous la toile des Off, où la gestion de l’espace est remarquable, les spectateurs sont bousculés par l’entrée d’une voiture amenant les musiciens, d’un van péniblement conduit par un Canio ivre, d’un avion aux commandes duquel Silvio veut emmener sa maîtressse Nedda. La Compagnie Off respecte totalement l’œuvre, tout en lui donnant un sérieux coup de forain du début à la fin de la représentation. Un hommage décoiffant mais terriblement bien pensé. "
Floriane Gaber, Septembre 2012 

 

" ... Pagliacci, formidablement adapté par Philippe Freslon, dans une version d’une intensité sans relâche oscillant entre une ambiance année 1950 et une folie faustienne. Superbe ! "
L'Humanité, 27/08/2012

 

" Un tableau de la vie, l’artiste n’est qu’un homme : ce paradoxe du comédien est au centre des questions. L’opéra intègre désormais le cirque, le burlesque et la musique rock, un savant mélange qui transporte le spectateur à travers les siècles et les arts. "
La Montagne, 22/08/2012

 

" ... Les spectateurs palpitent dans un décor où tout est mouvant, enivrés par le tourbillon des images, des sons, des comédiens cascadeurs et chanteurs lyriques. Un très grand et beau spectacle, avec des instants d’émotion et de création extraordinaires, qui marquent un public, et une époque. "
CitizenSide, 21/08/2012

 

"Grisant Pagliacci ! Quand la Cie Off revient à ses premières amours, ça donne «Pagliacci!». L’histoire tirée d’un fait divers réel réunit tous les éléments du drame - la passion, la vengeance, le meurtre - que Philippe Freslon  pousse à leur paroxysme. Et ça vaut vraiment le coup d’œil : une vision déjantée et très inspirée, un univers des années 50, une bande-son grisante, des acteurs formidables, une énergie débordante... L’interprétation déjantée est supra-sensuelle, la sueur et le sang prennent les spectateurs à la gorge. Les personnages sont placés au cœur d’un drame où le juke-box crache une musique live, où les décapotables vrombissent, où les corps se touchent, se heurtent, s’attirent et se repoussent. Le spectateur est littéralement embarqué dans l’histoire. Le chant lyrique est là, bien sûr, mais le travail réalisé par Angélique Cormier et Sylvestre Perrusson réinvente l’œuvre : leur partition, telle une bande-son cinématographique, donne un ton moite, noir et des frissons, entre opéra, univers fifties, Tom Waits et plus encore.  «Pagliacci !» a enivré les chanceux qui se trouvaient sous le chapiteau de la compagnie. Pendant plus d’une heure, happés par cette histoire d’amour et de sang, ils se sont retrouvé projetés dans un univers chaud et moite, entre comédie humaine et tragédie. Une vraie claque pour le spectateur qui, une fois passé la toile du chapiteau, n’est à l’abri d’aucune émotion."
La Nouvelle République du Centre, 27 novembre 2011

 

"La Compagnie Off bouscule tous les codes de l’opéra : déconcertant, décalé, audacieux, le nouveau «Pagliacci !» est un ovni dans le monde de l’opéra. Ici, le public, debout les pieds dans la sciure, peut applaudir, bouger, parler et même boire un verre au bar mobile s’il en a envie. Philippe Freslon -ce metteur en scène délicieusement loufoque- prend le spectateur par la main et l’emmène à la croisée des arts."
Nord Eclair, 9 octobre 2011

 

"Un Spectaculaire Paillasse des Rues ! Que l’on connaisse ou non l’ouvrage de Leoncavallo, on va de surprises en surprises avec l’arrivée pétaradante de la troupe des saltimbanques juchés sur une belle américaine, puis celle de Canio sautant d’un pick-up coiffé d’un chapeau de cowboy... Trois artistes lyriques d’une présence vocale et dramatique remarquable pour cette production de la compagnie Off : on a ressenti pendant une heure le charme, la tension, le cœur qui bat, enfin toutes ces émotions qui font l’opéra."
La Voix du Nord, 15 octobre 2011

 

"Du délire et de l’extravagance. Sur une piste de cirque, Nedda, Canio, Silvio et Tonio vivent tambour battant l’éternel chassé-croisé des passions amoureuses… Du délire et de l’extravagance pour cette relecture du chef d’oeuvre de Leoncavallo : «Pagliacci !» tourne le dos à l’idéalisme pour faire place au réalisme et à l’étude psychologique des personnages."
Sortir à Lille, 5 octobre 2011