Texte alternatif

Les Baisers du Cinéma (1995)

baisers

 

Travelling Amoureux


Sur une immense bobine de film, tout droit sortis de la pellicule, deux acteurs s'effleurent, s'enlacent, s'enflamment. Ils évoquent, prise après prise, les plus grandes scènes d'amour du cinéma noir et blanc. Pour chaque scène, les deux acteurs préparent leur final : le plus éblouissant des baisers, fiévreux, superbe. La séquence s'estompe dans une brume intense. Vers le ciel se déroulent, propulsées par des artifices, les bobines encore brûlantes du film : " Les Baisers du Cinéma ".

L’équipe du film est secondée par la "famille Sépia" : Baroques et hors du temps, ces clones éclairés des "temps modernes" sont les laborantins de la production. Ils poursuivent, en direct, leur quête obsédante : la recherche de la couleur. Des nuées de pigments polychromes inondent ces fêlés du cinéma. Le baiser l’emporte : la guerre de la couleur sur le noir et blanc n’aura pas lieu.