{A Lire} 40 Ans d'Art de la Rue

picto alireExtrait du livre de Florianne Gaber, qui évoque le parcours de la Compagnie Off
 

« Retour vers la musique classique, importée dans la rue, avec la création 1999 de la Compagnie Off, Carmen Opéra de Rue. On connaissait l’amour de cette compagnie fondée en 1986 pour le répertoire lyrique. Plusieurs de ses productions précédentes y avaient eu recours (Le Défilé Fantastic, 1991, Les Sept Péchés Capitaux, 1992).

 

Avec cette Carmen revisitée, ce n’est pas tant l’interprétation des chanteurs et l’accompagnement au piano, placé au milieu de l’arène, qui marque le spectateur :. Ce qui reste gravé dans les esprits, c’est le dispositif scénique : un cylindre de métal ouvert sur le ciel, où les artistes encerclent littéralement le public captif. Métaphore de la tauromachie et de l’amour, ici matérialisée dans la ferraille. A la différence d’autres productions, cette Carmen exige du public qu’il décide d’entrer dans l’enceinte et d’y rester. L’espace, impressionnant, permet des actions simultanées sur tous les points du cercle qui captent l’attention, tandis que trois chanteuses interprètent le personnage principal, et ses multiples facettes.

 

La Compagnie Off a surpris, avec ce spectacle au dispositif lourd, peu pratique en tournée, mais qui se voulait à la hauteur de l’exigence musicale et scénique du directeur artistique, Philippe Freslon. En 2004, il récidivera avec la création d’un opéra, Va Donners aux Poissons une Idée de ce qu’est l’Eau, conçu pour un espace clos où la scénographie circulaire donne le tournis aux artistes tout comme aux spectateurs disposés alentours."

 

Florianne Gaber

« 40 Ans d’Arts de la Rue »

Editions Ici et Là

 

Lien Amazon

 

Dernières photos

Dernières vidéos

Actualités

Calendrier