Texte alternatif

Note d'Intention

 Ddp 2

Une Installation Urbaine, Une Performance Humaine

 

Désert de Piste est une création pluridisciplinaire, multiple dans ses formes, sa durée et ses manifestations. Après avoir exploré l’enfermement des caissons sensoriels qu’étaient "Carmen Opéra de Rue" et "Va Donner aux Poissons une Idée de ce qu'est l'Eau", la Compagnie Off retrouve la transparence et la fragilité de la rue : d’un extrême à l’autre, l’implosion a eu lieu. Le grand Feu, le grand Vent, le grand Souffle… Il ne reste qu’un désert où, violemment propulsés hors de leur centrifugeuse foraine, sans palier de décompression, des personnages circassiens chers à la Compagnie se retrouvent en état d’urgence et d’apparente impuissance face aux éléments, à l’immensité, au vide.

« Des êtres en manque d’air, un territoire en manque d’eau. »

Création évolutive, Désert de Piste envahit un espace urbain par une conjonction de phénomènes entre terre et au-delà : désert, surface balayée par les vents de sable, monumentale station de pompage aux pipelines tentaculaires, paraboles géantes raccordées au cosmos, habitations-alvéoles organiques, immobil’homes étrangement habitées des espaces singuliers constitués d’installations évolutives au travers desquelles le spectateur progresse à son propre gré.

La finalité musicale, en constante évolution - notamment par l’apport d’une écriture contemporaine, d’une partition mélangeant le son abstrait des corps célestes et du clonage polyphonique - tend vers une composition libératrice. Le dialogue musical avec les étoiles y est à la fois objectif artistique et résolution narrative. Chacun des personnages, pour échapper au désert, au manque d’air, au vide, devra s’accorder à la grande partition des sphères par une pénétration de l’espace (boule à billes, verres de cristal, soprane de la voix lyrique, etc), puisque l’espoir est dans le cosmos…


« Fils de la terre et enfant du ciel, 
Il y a une seule direction horizontale et une direction verticale,
C’est le propre de toute destinée humaine. »
Teillard de Chardin