{A Lire} La Grande Parade : Savoir-Faire et Courts-Circuits

picto alireLe Théâtre de Rue, c'est aussi un travail d'écriture et de concept. En voici un exemple, rédigé pour "La Grande Parade" à l'occasion de sa création pour les 20 Ans de la Compagnie Off en 2006, dans le cadre du projet "Ecrire pour la Rue".

grandeparade 1

 

La Grande Parade s’inscrit dans une certaine tradition, celle de la déambulation en général et de la Compagnie Off en particulier. On y retrouvera donc un certain nombre d’éléments et de personnages issus des spectacles précédents. Mais la trame dramatique centrale, axée autour du personnage récurrent qu’est le Directeur de Cirque, s’est cristallisée plus particulièrement autour de Va Donner aux Poissons une Idée de ce qu’est l’Eau, opéra de cirque. Suivant le principe déjà évoqué du déambulatoire tournant sur lui-même, La Grande Parade déroulera la roulette de casino, et propulsera dans la rue linéaire ses personnages, ses drames, sa musique et ses visions , avec toute la force accumulée au fil de ses nombreux tours concentriques… 

 

La Grande Parade, en plus de son contenu « Best-Off » des obsessions circassiennes et lyriques de la Compagnie, sera aussi prétexte à développer une réflexion sur la déambulation elle-même.  Trois temps dynamiques y interagissent pour développer un mode de fonctionnement propre à la parade, entre savoir-faire et expérimentation : la trame, la compression et les injections (voir schéma ci-après). Pour propulser plus loin et plus haut le potentiel tragique, clownesque, dynamique et graphique de la parade linéaire, celle-ci se voit entrecoupée, court-circuitée, ébranlée dans son déroulement.  Le lieu de représentation devra être une rue ou boulevard, grand axe rectiligne à la fois piste de décollage et canyon, ou la parade pourra être alternativement compressée et libérée entre les éléments urbains. 

 

PRINCIPES ACTIFS : TROIS NIVEAUX DE LECTURE VERTICALE 


Au sol, l’humain, le garçon de piste, les majorettes, la fanfare : les artisans de la parade, qui offrent le rapport de proximité, le jeu clownesque en réaction à la tragédie qui se déroule un peu plus haut. En hauteur, sur leurs structures mobiles, les personnages principaux, archétypes circassiens et lyriques, chacun sur son piédestal précaire : ils sont la dramaturgie, l’action, allégories entre l’humain et le divin, en équilibre constant. Les objets scénographiques  A la verticale, les paraboles. Monumentales, indépendantes, elles élèvent la parade vers l’infini vertical et retransmettent la tragicomédie vers le haut ; à moins qu’à l’inverse elles ne nourrissent le drame de leurs captations cosmiques… La Grande Parade, c'est avant tout une réflexion sur le mode déambulatoire. Il en résulte un concept qui préconise 3 temps & 3 mouvements pour une parade. 

 

PRINCIPES ACTIFS : TROIS MOUVEMENTS POUR UNE PARADE

 

Ces trois mouvements sont présents dans chacun des temps développés ci-après. 

1. TRAME

Une trame linéaire, passive, au contenu tragicomique déjà enclenché, composée par les personnages et éléments scénographiques en place : le directeur de cirque en équilibre constant, la soprano charmeuse et son éléphant géant, le mât centrifugeuse tournoyant, le dompteur objet de désir, la clique fourmillante des garçons de piste… 

2. COMPRESSION

Deux paraboles géantes prennent la parade en étau entre leurs mâchoires électrifiées. La trame linéaire est compressée irrémédiablement entre deux forces opposée (ou une seule force bipolaire ?), entre anode et cathode, plus et moins : un arc électrique sous tension, qui pose la question d’une implosion finale possible. La parabole, objet fixe par nature, est ici en mouvement. Elle est une force inéluctable qui avance à l’horizontal, mais constamment tournée vers la verticale, tel un canal de communication entre l’humain au sol et l’infini, le Cosmos. 

3. INJECTIONS

Surgies des perpendiculaires, des injections dynamiques et clownesques court-circuitent le déroulement linéaire. Elles provoquent la rencontre, la surprise, la tension, le jeu par la confrontation. La trame linéaire est entravée dans son flot horizontal, pour provoquer l’interaction et savourer les étincelles ainsi produites… La Grande Parade, c'est avant tout une réflexion sur le mode déambulatoire. Il en résulte un concept qui préconise 3 temps & 3 mouvements pour une parade. 

PRINCIPES ACTIFS : TROIS TEMPS POUR UNE PARADE 

 

Ces trois temps contiennent chacun des mouvements développés ci-dessus.  1er temps (30mn)Trame linéaire et aérée, faible compression des Paraboles, injections très rapides des formes dynamiques.  2ème temps (30mn) Forme élargie de la trame, début d’une forte compression des Paraboles, injections avec finalité interactive des formes dynamiques.  3ème temps (20mn)Explosion de la trame à la périphérie de l’aire de jeu, provoquée par la force centrifuge des injections dynamiques ; très forte compression des deux Paraboles : les mâchoires se resserrent sous forme d’un arc électrique qui va précipiter au point central la finalité dramatique du personnage principal. 

 

Latest Photos

Latest Videos

News

Calendar